Session Goliarde (EP)

by Cinq-Mars

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
2.
03:24
3.
05:34
4.

about

Single du prochain disque.

credits

released September 10, 2013

Enregistré au Campus Notre-Dame-de-Foy, mixage et matriçage au studio Drakkar Blindé

tags

license

all rights reserved

about

Cinq-Mars Québec, Québec

Le groupe de blues-rock francophone Cinq-Mars fonde sa démarche artistique dans la recherche d’une musique spontanée à l’image des improvisations orientales et des blues de galeries de la Louisiane. Ainsi, c’est contre l’aseptisation commune à la musique populaire que le collectif en vient à préconiser l’authenticité de sons bruts. ... more

contact / help

Contact Cinq-Mars

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Poème Goliardique
Je suis chose légère,
Telle la feuille dont l'ouragan se joue.
Tel l'esquif voguant sans pilote,
Comme un oiseau errant par les chemins de l'air,
Je ne suis fixé par l'encre ni par les cordes.

Je veux mourir à la taverne,
là où les vins sont proches du mourrant,
Après les choeurs des Anges descendront en chantant;
"À ce bon buveur que Dieu soit clément."

La beauté des filles a blessé ma poitrine,
Celles que je ne puis toucher, je les possède de coeur.
On me reproche en second lieu le jeu, mais sitôt que le jeu,
M'a laissé nu et le corps froid, mon esprit s'échauffe.

Je veux mourir à la taverne,
là où les vins sont proches du mourrant,
Après les choeurs des Anges descendront en chantant;
"À ce bon buveur que Dieu soit clément."

--Que fais-tu aujourd'hui ?

J’ai survolé la ville dans l’impression évidente de suprématie,
Voilà tout de même une petitesse terrible qui aspire aux trônes.
Toutes ses rues sont le faste du médiocre,
La quintessence immobile,
Les royautés de la perdition.

Que fais-tu aujourd’hui ?
- Je me noie de l’impression de suprématie.
Il me faudra un alcool assez fort pour l’établir.
Et je construirai pour un néant idéalisé une factice vie.
Que fais-tu aujourd’hui ?
- Doit-je te répondre, fidéen ?
Je construis pour des âmes faibles comme moi des châteaux de cartes.
J’en analyse même les signes, m’imaginant que l’as est de plus solide fondation.
Mourras-tu aujourd’hui ?
-Je ne sais pas mais j’espère la mort de ce monde.

Dépeindras-tu les murs de ta ville comme on parle des légendes ?
La crééras-tu ? Ou bien n’est-ce que le reflet d’un dégoût pour les choses vraies ?
Ses affiches et ses commerces s’enlacent dans une aspiration infondée,
Mes mythes sont ces mêmes aspirations ;
Les rancunes de la finitude du monde,
Jusqu’aux insoutenables aurores.
Et l’on prie l’ascension.

Priez-nous ! Neutrons ou je-ne-sais de cette nouvelle religion !
Prie-nous, monde, dans tes grâces infinies !
Achève-nous dans l’oubli et l’aliénation !
Suicide-toi donc, mais fais le bien ;
Le caprice humain est sans limite.
Suicide-toi, mais sans révéler ta faiblesse.
Nous aspirons aux bûchers ardents,
Aux feux de pailles,
Aux hautes flammes d’Alexandrie.
Achève-nous, mais fais le bien !
Finitude absolue.

Nous aimons les guerres et les viscères,
Exposé au grand jour de cette télévision allumée.
Vois-tu je n’y peux rien, le silence est assassin.
Et la musique est belle,
Illusoire et dangereuse.
Je n’ai point la force des sentiments sublimés,
Par elle, muse des moments les plus sombres.
Alors fasse que la lumière oscillante endorme mes instincts ;
J’ai vécu la contemplation extrême,
Je connais l’oubli.
Maître des vies dénudées.
Je ne pourrai vous le vanter ;
Il est à la mode de se mourir.
Fatalisme oriental.
Je t’ai poursuivi et tu m’as nourri,
Evidemment, de tes revers pourris.
Dans l’acceptation des putréfactions propres ou figuré,
J’admire la ville nordique,
Effacé,
Inexistant.
Déchu et orientalisant.

----

C'est alors que ma muse compose ses meilleures chanson,
En troisième lieu parlons du cabaret.


Plus avide de volupté que de salut éternel,
L'âme morte, je ne me soucie que de la chair.

Qu'il est dur de dompter la nature!
Et, à la vue d'une belle, de rester pur d'esprit.
Les jeunes ne peuvent suivre une loi si dure,
Et n'avoir cure de leur corps dispos.
Track Name: Nuit d'hiver
Que s’écoulent des notes volatiles,
Ramenant nos sens aux années futiles.
Qui s’étiraient jadis à l’aube d’un siècle,
Insoumises à l’errant Thècle.

Il est encore des terres brulées,
Que ne recouvrent plus l’ombre des palmiers.
Le mouvement est Tout-Puissant,
Le progrès est mystifiant.

Refrain :
Québec, les rues vides en des bourrasques,
Seule présence de tes nuits d’hiver.
Les évènements hivernaux, tristement fantasques,
Contribue à ma peine ; tristesse austère.
Contribue à ma peine ; tristesse austère.

« Ne succombe pas aux joies ponctuelles. »
« De celles qui n’harcèlent que les vies intemporelles »
« Elles, de telles passerelles vers l’Originel. »
« Elles, actuelles hydromels d’un temps perpétuel. »

J’ai revu de vieux amis dans tes pubs,
La distance a renoué une étrangeté.
Qu’il suffise à mon âme les notes volatiles,
Les carrosses anciens et les soleils d’été.

Refrain

Je succomberai, je le sais, aux joies ponctuelles.
De celles qui n’harcèlent que ma vie intemporelle.
Elles, de telles passerelles vers l’Originel
Toi, actuel hydromel d’un temps perpétuel.

Et j’écoute du manouche d’un autre temps,
Cela, pensant à toi sans lien apparent.
L’âme lourde de projections divagantes,
C’est que dans l’irréel de toi je me contente.

Refrain